Le chien en hiver

IMGP1398   Même si 2014 a été l’année la plus chaude en Europe depuis plus d’un siècle, il ne vous aura pas échappé que la température a baissé de quelques degrés, avec par endroit quelques centimètres de neige.

Le chien :

Tout les chiens ne réagissent pas de la même façon au froid. Plusieurs critères sont à prendre en compte, par exemples : la race, la taille,l’âge, l’environnement dans lequel il évolue, et notamment la sélection.

loup neige 2Une sélection de reproducteurs basée sur : leur résistance au froid, leur capacité a vivre en extérieur, ou encore l’épaisseur et la qualité du poils, favorisera l’adaptabilité de notre compagnon en cette période.

L’environnement dans lequel évolue le chien est aussi important. Un Bouledogue Français, élevé en extérieur, peut mieux résister qu’un Saint-Bernard élevé et évoluant en intérieur. Mais la région climatique dans laquelle vit notre compagnon influe aussi, bien sûr. Une lignée de Rottweiller au Canada peut à priori mieux résister au froid qu’une lignée de terre-neuve au Mexique où le climat est tropical.

L’âge est un facteur qui a son importance. Le jeune chien est plus fragile, il n’a pas terminé sa croissance et peut être sensible à certaines variations de température, tout comme le senior qui va devoir accélérer son rythme cardiaque pour réguler sa température. Si le vieux chien a des problèmes cardiaques ou des difficultés motrices il faut être vigilant.loup neige

Quoi qu’il en soit, le chien résiste mieux que ce que l’Homme pense et que l’Homme lui même. Le chien est « équipé » d’un sous-poil que l’on ne remarque pas à première vue, il est plutôt compacte et laineux suivant les races. Ce sous-poils est une véritable barrière de protection entre la peau, le corps du chien, et l’environnement extérieur. Cette barrière de laine peut protéger de la pollution, du froid, de la chaleur, et des poussières par exemples.

Attention certaines races ont peu ou pas de sous-poils, par exemples : Yorkshire, Bichon, Airedale terrier, chien nu du Mexique, Westie, Caniches …

Ensuite vient s’ajouter à cela, le poil de couverture, plus ou moins long c’est un véritable rempart face à lhumidité.IMGP1391

Risques :

Tout comme chez l’Homme, les extrémités de notre compagnon restent sensibles : Oreilles, pattes, queue et testicules pour les mâles.

Même principe pour la neige, souvent les chiens ont tendance à la « gober », en très légère quantité, rien d’inquiétant, cependant soyez vigilant. Veillez à ce que votre chien soit bien hydraté avant la promenade. Et vérifier où il se désaltère pendant ! ( Flaques avec morceaux de glaces)

Conseils :

Il faut donc être vigilant aux engelures sur ces zones. Et vérifier après chaque sortie qu’il n’y a pas d’anomalies physiques sur ces zones. D’autant plus qu’en cette période, les routes risquent d’être salées. Le sel a des propriétés irritantes, il peut se loger entre les doigts et coussinets. Veillez donc à ce que votre chien n’en mange pas et rincez ses pattes avant de les sécher.IMGP1366

Symptômes d’engelures :
Encore gelées : peau froide, pâle et insensible au toucher.
Une fois dégelées : rougeur, douleur et gerçures.
Traitement : Réchauffer délicatement (eau tiède et compresse) NE PAS MASSER. Consulter un vétérinaire.
Inutile de préciser que pour les chiens vivants dehors, un abri pour le chien est préférable avec une partie coupevent. Le sol peut être aussi couvert, car, suivant les matières il peut être plus ou moins conducteur de chaleur.
Personnellement je « chauffe » mon chien sur terrain sec, …………..environ 10 minutes, avant qu’il affronte la neige.
Il existe des « chaussons pour chiens », cela protège plutôt bien, à voir si votre chien les supportent, ou pas.
En complément vous pouvez lui appliquer un baume protecteur et hydratant sur les coussinets.
Pour les chiens pratiquants une activité régulière, n’hésitez à augmenter entre 10 et 15% la ration de la gamelle. Notre compagnon a besoin de plus de calories pour réguler sa température, l’huile de saumon, foie de morue ou autre peut-être un bon complément !
Le conseil de l’éleveur :SAN MARIN
Joël POULAIN, élevage des SAN MARIN.
« Augmenter les rations alimentaires, en protéines et gras. Personnellement j’utilise la graisse de canard. Les box peuvent être aménagés avec de la paille par exemple. Les lampes rouges peuvent être mises en place pour assurer une température convenable pour le chien. »
Source :

Comprendre (une partie) du cerveau canin

N’hésitez pas à vous abonner en cliquant sur l’onglet « suivre » , vous serez tenu informé de ce qu’il ne faut pas louper !


Pour cartographier le cerveau du chien, on peut le découper en trois niveaux : le reptilien, le limbique, et le néocortex.

Comme vu précédemment, le chien communique avec ses sens, de part lesquels il reçoit un message, qu’il transforme en information et à laquelle il va répondre par une action (comportement). Cette réponse sera influencée par le niveau de cerveau actif. A savoir que le trajet de l’information passe par le reptilien, puis le limbique et ensuite le néocortex. (A retenir)

cerveauLe reptilien (ou primitif) : gère l’instinct, c’est la partie qui s’active principalement en cas de danger. Il répond par un comportement instinctif ou impulsif. Il n’y a pas beaucoup de comportements possibles en cas de danger : « fight or flight » l’attaque, la fuite, ou affaiblissement voir perte de réaction. C’est la partie qui va assurer aussi la pérennité de l’organisme, à savoir se nourrir, assurer sa descendance donc sexualité, protection du territoire etc … Le cerveau reptilien a traité l’information et ne la fera pas remonter ni au limbique, ni au néocortex … Pas de bol le cerveau reptilien n’a aucune mémoire, donc peu enclin à l’innovation car instinctif il agit dans l’inconscient. Sur ce point nous avons des similitudes avec le chien, étant donné qu’il s’agit du premier cerveau développé chez les poissons il y a 400 millions d’années

Ainsi, quand vous vivez un moment de stress intense, où que votre vie est en danger (ou que vous avez trop bu, mais cela n’a rien à voir), vous pouvez avoir ce que l’on appel un « trou noir » : perte de la mémoire autour de l’événement.chacalIMGP3278

Exemple de scène où le cerveau reptilien est principalement activé : (Je reprends la scène dans l’article comprendre la communication chez le chien,en fin d’article pour ceux qui ne l’ont pas lu)

Je suis donc dans une rage folle, je cris … Mon chien a toutes les mimiques du chien soumis et craintif …Je le prend donc par la peau du coup, le secoue de manière brusque (le cerveau reptilien s’active, où s’est même activé un peu avant). Je l’emmène par la peau du coup dans la cuisine et ordonne: « coucher, pas bouger ». A partir de ce moment là plusieurs comportements sont possibles : le chien qui a une certaine assurance : va se rebiffer, le chien qui va vous fuir pour « survivre » et enfin le chien qui va rester dans la cuisine. Mais l’élément ce sur lequel je souhaiterai que l’on se penche est  l’information : « coucher, pas bouger » qui en est restée au cerveau reptilien et qui ne sera pas gardée en mémoire.loup meute

D’ailleurs aucune information ne sera gardée en mémoire. Ne croyez pas, à ce moment là, apprendre quoi que ce soit à votre chien où « lui avoir donné une bonne leçon ». Ce qu’il aura en tête à ce moment là est « que dois je faire pour rester en vie? ».

Si l’information passe le niveau reptilien, elle est traitée par le niveau limbique, ou paléo-mammalien, notre deuxième cerveau, qui se serait quant à lui développé il y a 300 à 150 millions d’années. Apparu avec les premiers mammifères, il gère les émotions et le ressenti, basé sur l’inconscient et le conscient. Il agit sur la mémoire dans l’imprégnation positive ou négative. Il joue aussi un grand rôle dans l’adaptation et l’intégration à la meute.

Pour reprendre ma petite scène, quand je suis rentré chez moi, mon chien était content de me retrouver, l’information de mon arrivée est parvenue à lui par divers sens (il m’a entendu, vu, senti) ces informations ont été traité au niveau limbique qui ont entrainé un comportement (battement de queue, excitation …)IMGP3301

Tout ce qui est à lié à l’émotionnel est régit par le niveau limbique. De la louve qui défend ses petits, au chien qui retrousse les babines et tire la langue au goût du citron, puis, qui détourne la gueule à la vue du citron, une fois qu’il a imprégné et mémorisé le citron en tant que tel. C’est la bibliothèque du chien, où il y stocke connaissances et expériences vécues. Modifier un comportement imprégné par le système limbique peut s’avérer une lourde tâche. Le chien étant très réceptif à l’émotionnel, l’éducation du chien ou le dressage (en compétition ou pour la recherche d’un comportement précis) est une partie assez délicate où une erreur lors d’une séance se récupéra en trois séances. (Suivant l’erreur et le chien, vous comprendrez ici que je schématise de manière générale). Les informations traitées à ce niveau ont une imprégnation beaucoup plus forte quand elles sont positives.
chien citron

Enfin, le néocortex, apparu il y 2 ou 3 millions d’années. Lui ne s’occupe pas de l’émotionnel. Le comportement est raisonné, volontaire et a pour objectif le résultat. Il développe la capacité d’apprentissage. Il est plus important chez les primates et l’Homme, et nous permet de contrôler notre instinct (Reptilien) et nos émotions (Limbique). Cette partie est difficile à transposer chez le chien car assez peu présente. (85% de néocortex chez l’Homme contre 20% chez le chien) Mais chez l’humain cela se traduirait par :

Je fais du vélo dans un parc désert : je vois au loin un gros chien du Tibet assez impressionnant. Pas de maître à l’horizon, ni de collier, le chien se dirige vers moi à vive allure.

IMGP3281

La réponse comportementale apportée par mon cerveau reptilien voudrait que je l’affronte ou que je prenne la fuite. La réponse comportementale apportée par cette même information mais traitée au niveau limbique voudrait que je sois apeuré, incapable de bouger, de tout mouvement, au pire je serais pris d’une incontinence. Pour finir, la partie qui nous intéresse, cette même situation où je contrôle mon instinct d’attaque/fuite, je maîtrise mon sentiment de peur, l’information arrive donc au néocortex : je peux dans ce cas là, par exemple, « prendre sur moi », me mettre de biais par rapport au chien et prononcer des phrases sur un ton doux pour rassurer le chien et esquiver l’éventuelle attaque de ce dernier. Dans cette dernière situation, j’ai pris du recul par rapport à mes émotions, j’ai adopté une communication compréhensible par le chien, en somme j’ai « négocié » avec ce dernier. C’est une faculté exclusive du cerveau néocortex développé chez les primates et le genre « homo » et dans une moindre mesure chez le chien et le cheval.

En somme nous venons ici de décrypter niveau cérébral 3 types de comportements :

_L’instinct, le primitif

_Le comportement « éduquer », lié à l’émotionnel

_Le comportement raisonné

A retenir :

_Si le chien se sent en situation de danger = Information traitée par le cerveau reptilien = Aucun apprentissage possible. Aucune mémoire.

_L’information traitée au niveau  limbique est imprégnée (mémorisée) de meilleur manière quand elle est positive.

_Le néocortex nous différencie du chien de part notre faculté à ressentir ou agir de manière raisonnée (Être jaloux = sentiment complexe, propre aux primates ; Discuter, négocier …)

Enfin je terminerais en disant que nous sommes pourvu d’un néocortex plus important, comme nous l’avons vu ensemble, alors servons-nous-en ! Fasse à une situation conflictuelle, quand vous n’arrivez pas à obtenir ce que vous voulez de votre chien RAISONNEZ-VOUS. Dépassez le stade primaire de l’engueuler ou lui mettre un trempe, parce qu’il n’obéit pas. Surpassez vos émotions (la colère entre autre) et prenez du recul par rapport à la situation. Renseignez-vous, apprenez, revoyez votre mode de communication, c’est votre chien, pas votre frère, donc parlez-lui comme à un chien et non un humain, balayez l’anthropomorphisme ! L’harmonie et l’apprentissage avec votre compagnon n’en sera que meilleur ! 🙂

Merci à tous d’avoir participé au concours sur « Eau de mer,sable fin, et bénéfices« , superbes photos partagées sur la page !

 Félicitation à Axelle PEUPIER qui remporte le concours par tirage au sort et remporte donc un lot de jeux flottant 🙂

 

boud flottkong flott

Pas d’inquiétudes pour les autres participants, un autre concours est en préparation pour septembre … Restez connecté. 🙂

Tirage

Générateur de nombres aléatoires : C’est donc le deuxième participant sélectionné dans les commentaires.

 

 

http://wamiz.com/chiens/guide/cerveau-et-systeme-limbique-du-chien-0111.html

http://suite101.fr/article/notre-cerveau-reptilien-psychologie-du-comportement-et-gestuelle-a15562#.U_PH_kh_uu5

http://www.vetopsy.fr/developpement/periode-neonatale-reflexe-perineal.php