Le chien en hiver

IMGP1398   Même si 2014 a été l’année la plus chaude en Europe depuis plus d’un siècle, il ne vous aura pas échappé que la température a baissé de quelques degrés, avec par endroit quelques centimètres de neige.

Le chien :

Tout les chiens ne réagissent pas de la même façon au froid. Plusieurs critères sont à prendre en compte, par exemples : la race, la taille,l’âge, l’environnement dans lequel il évolue, et notamment la sélection.

loup neige 2Une sélection de reproducteurs basée sur : leur résistance au froid, leur capacité a vivre en extérieur, ou encore l’épaisseur et la qualité du poils, favorisera l’adaptabilité de notre compagnon en cette période.

L’environnement dans lequel évolue le chien est aussi important. Un Bouledogue Français, élevé en extérieur, peut mieux résister qu’un Saint-Bernard élevé et évoluant en intérieur. Mais la région climatique dans laquelle vit notre compagnon influe aussi, bien sûr. Une lignée de Rottweiller au Canada peut à priori mieux résister au froid qu’une lignée de terre-neuve au Mexique où le climat est tropical.

L’âge est un facteur qui a son importance. Le jeune chien est plus fragile, il n’a pas terminé sa croissance et peut être sensible à certaines variations de température, tout comme le senior qui va devoir accélérer son rythme cardiaque pour réguler sa température. Si le vieux chien a des problèmes cardiaques ou des difficultés motrices il faut être vigilant.loup neige

Quoi qu’il en soit, le chien résiste mieux que ce que l’Homme pense et que l’Homme lui même. Le chien est « équipé » d’un sous-poil que l’on ne remarque pas à première vue, il est plutôt compacte et laineux suivant les races. Ce sous-poils est une véritable barrière de protection entre la peau, le corps du chien, et l’environnement extérieur. Cette barrière de laine peut protéger de la pollution, du froid, de la chaleur, et des poussières par exemples.

Attention certaines races ont peu ou pas de sous-poils, par exemples : Yorkshire, Bichon, Airedale terrier, chien nu du Mexique, Westie, Caniches …

Ensuite vient s’ajouter à cela, le poil de couverture, plus ou moins long c’est un véritable rempart face à lhumidité.IMGP1391

Risques :

Tout comme chez l’Homme, les extrémités de notre compagnon restent sensibles : Oreilles, pattes, queue et testicules pour les mâles.

Même principe pour la neige, souvent les chiens ont tendance à la « gober », en très légère quantité, rien d’inquiétant, cependant soyez vigilant. Veillez à ce que votre chien soit bien hydraté avant la promenade. Et vérifier où il se désaltère pendant ! ( Flaques avec morceaux de glaces)

Conseils :

Il faut donc être vigilant aux engelures sur ces zones. Et vérifier après chaque sortie qu’il n’y a pas d’anomalies physiques sur ces zones. D’autant plus qu’en cette période, les routes risquent d’être salées. Le sel a des propriétés irritantes, il peut se loger entre les doigts et coussinets. Veillez donc à ce que votre chien n’en mange pas et rincez ses pattes avant de les sécher.IMGP1366

Symptômes d’engelures :
Encore gelées : peau froide, pâle et insensible au toucher.
Une fois dégelées : rougeur, douleur et gerçures.
Traitement : Réchauffer délicatement (eau tiède et compresse) NE PAS MASSER. Consulter un vétérinaire.
Inutile de préciser que pour les chiens vivants dehors, un abri pour le chien est préférable avec une partie coupevent. Le sol peut être aussi couvert, car, suivant les matières il peut être plus ou moins conducteur de chaleur.
Personnellement je « chauffe » mon chien sur terrain sec, …………..environ 10 minutes, avant qu’il affronte la neige.
Il existe des « chaussons pour chiens », cela protège plutôt bien, à voir si votre chien les supportent, ou pas.
En complément vous pouvez lui appliquer un baume protecteur et hydratant sur les coussinets.
Pour les chiens pratiquants une activité régulière, n’hésitez à augmenter entre 10 et 15% la ration de la gamelle. Notre compagnon a besoin de plus de calories pour réguler sa température, l’huile de saumon, foie de morue ou autre peut-être un bon complément !
Le conseil de l’éleveur :SAN MARIN
Joël POULAIN, élevage des SAN MARIN.
« Augmenter les rations alimentaires, en protéines et gras. Personnellement j’utilise la graisse de canard. Les box peuvent être aménagés avec de la paille par exemple. Les lampes rouges peuvent être mises en place pour assurer une température convenable pour le chien. »
Source :