Le chien en hiver

IMGP1398   Même si 2014 a été l’année la plus chaude en Europe depuis plus d’un siècle, il ne vous aura pas échappé que la température a baissé de quelques degrés, avec par endroit quelques centimètres de neige.

Le chien :

Tout les chiens ne réagissent pas de la même façon au froid. Plusieurs critères sont à prendre en compte, par exemples : la race, la taille,l’âge, l’environnement dans lequel il évolue, et notamment la sélection.

loup neige 2Une sélection de reproducteurs basée sur : leur résistance au froid, leur capacité a vivre en extérieur, ou encore l’épaisseur et la qualité du poils, favorisera l’adaptabilité de notre compagnon en cette période.

L’environnement dans lequel évolue le chien est aussi important. Un Bouledogue Français, élevé en extérieur, peut mieux résister qu’un Saint-Bernard élevé et évoluant en intérieur. Mais la région climatique dans laquelle vit notre compagnon influe aussi, bien sûr. Une lignée de Rottweiller au Canada peut à priori mieux résister au froid qu’une lignée de terre-neuve au Mexique où le climat est tropical.

L’âge est un facteur qui a son importance. Le jeune chien est plus fragile, il n’a pas terminé sa croissance et peut être sensible à certaines variations de température, tout comme le senior qui va devoir accélérer son rythme cardiaque pour réguler sa température. Si le vieux chien a des problèmes cardiaques ou des difficultés motrices il faut être vigilant.loup neige

Quoi qu’il en soit, le chien résiste mieux que ce que l’Homme pense et que l’Homme lui même. Le chien est « équipé » d’un sous-poil que l’on ne remarque pas à première vue, il est plutôt compacte et laineux suivant les races. Ce sous-poils est une véritable barrière de protection entre la peau, le corps du chien, et l’environnement extérieur. Cette barrière de laine peut protéger de la pollution, du froid, de la chaleur, et des poussières par exemples.

Attention certaines races ont peu ou pas de sous-poils, par exemples : Yorkshire, Bichon, Airedale terrier, chien nu du Mexique, Westie, Caniches …

Ensuite vient s’ajouter à cela, le poil de couverture, plus ou moins long c’est un véritable rempart face à lhumidité.IMGP1391

Risques :

Tout comme chez l’Homme, les extrémités de notre compagnon restent sensibles : Oreilles, pattes, queue et testicules pour les mâles.

Même principe pour la neige, souvent les chiens ont tendance à la « gober », en très légère quantité, rien d’inquiétant, cependant soyez vigilant. Veillez à ce que votre chien soit bien hydraté avant la promenade. Et vérifier où il se désaltère pendant ! ( Flaques avec morceaux de glaces)

Conseils :

Il faut donc être vigilant aux engelures sur ces zones. Et vérifier après chaque sortie qu’il n’y a pas d’anomalies physiques sur ces zones. D’autant plus qu’en cette période, les routes risquent d’être salées. Le sel a des propriétés irritantes, il peut se loger entre les doigts et coussinets. Veillez donc à ce que votre chien n’en mange pas et rincez ses pattes avant de les sécher.IMGP1366

Symptômes d’engelures :
Encore gelées : peau froide, pâle et insensible au toucher.
Une fois dégelées : rougeur, douleur et gerçures.
Traitement : Réchauffer délicatement (eau tiède et compresse) NE PAS MASSER. Consulter un vétérinaire.
Inutile de préciser que pour les chiens vivants dehors, un abri pour le chien est préférable avec une partie coupevent. Le sol peut être aussi couvert, car, suivant les matières il peut être plus ou moins conducteur de chaleur.
Personnellement je « chauffe » mon chien sur terrain sec, …………..environ 10 minutes, avant qu’il affronte la neige.
Il existe des « chaussons pour chiens », cela protège plutôt bien, à voir si votre chien les supportent, ou pas.
En complément vous pouvez lui appliquer un baume protecteur et hydratant sur les coussinets.
Pour les chiens pratiquants une activité régulière, n’hésitez à augmenter entre 10 et 15% la ration de la gamelle. Notre compagnon a besoin de plus de calories pour réguler sa température, l’huile de saumon, foie de morue ou autre peut-être un bon complément !
Le conseil de l’éleveur :SAN MARIN
Joël POULAIN, élevage des SAN MARIN.
« Augmenter les rations alimentaires, en protéines et gras. Personnellement j’utilise la graisse de canard. Les box peuvent être aménagés avec de la paille par exemple. Les lampes rouges peuvent être mises en place pour assurer une température convenable pour le chien. »
Source :

Man vs. Dog : Les besoins énergétiques

N’hésitez pas à vous abonner en cliquant sur l’onglet « suivre » , vous serez tenu informé de ce qu’il ne faut pas louper !


 

   

Comprendre le métabolisme énergétique canin.

Dieu donne sa nourriture à chaque oiseau. Mais il ne la jette pas dans le nid.

Citations de John Philip Holland

 BOREON (06): ALPHA " Le temps du loup"

Article grandement inspiré du site http://www.bogeyman.fr/ très complet et très technique. Ce qui va suivre en est une synthèse. Un lien en bas de page vous renverra sur l’article original.

C’est un article assez lourd à comprendre, j’ai moi-même laissé quelques neurones sur le carreau à la rédaction de ce post. C’est donc pour cela que je vous l’ai schématisé en fin d’article, bonne lecture 🙂

Le métabolisme est l’ensemble des transformations chimiques qui se déroulent dans la cellule.La cellule échange de la matière et de l’énergie avec l’environnement (métabolisme cellulaire)

Le métabolisme est prédéfini génétiquement, et des études on prouvé que l’ADN mitochondrial du chien domestique quelque soit sa race, est identique à celui du loup gris à 99.8%. Vous allez êtes surpris, mais le loup est un carnivore carnassier … Mais là on commence à parler d’alimentation, donc recentrons le sujet, et parlons métabolisme !

A la différence de la salive de

l’homme, celle du chien contient du mucus – substance visqueuse qui protège le pharynx lors de la descente des aliments vers l’œsophage.Elle est dépourvue d’amylase (e

nzyme participant à la dégradation des hydrates de carbones ou glucides en énergie métabolisable) et de cellulase (enzyme participant à la dégradation des particules de cellulose contenues dans les végétaux crus). Chez le chien, l’absence d’amylase salivaire est directement compensée par la production de cette enzyme au niveau pancréatique. Cela signifie que plus sa consommation d’hydrates de carbone est élevée, plus son pancréas est sollicité.

sled-dog-racing-273412_640

Or, les hydrates de carbone sont présents dans de très nombreux ingrédients de consommation courante (céréales, tubercules, carotte, betterave, fromage blanc, mélasse etc.). Parmi les glucides contenus dans l’alimentation, les plus exigeants au niveau enzymatique sont les glucides complexes (polysaccharides). Bien qu’une cuisson prolongée à plus de 100° améliore considérablement leur digestibilité en « déstructurant » les molécules des glucides, elle ne dispense jamais totalement le pancréas de sa surproduction enzymatique. On peut affirmer en conséquence que le système digestif du chien est parfaitement en mesure d’exploiter une petite quantité d’hydrates de carbone traités par la cuisson – qui participeront par ailleurs au maintien de sa propre réserve énergétique de sucre (glycogène) dans le foie et les muscles – mais n’est pas adapté à l’absorption des hydrates de carbone en masse.

Lorsque le chien ingère des hydrates de carbone non transformés ou lorsqu’il ingère des hydrates de carbone – même transformés par la cuisson – en quantité excessive, l’ensemble de son processus digestif se trouve ralenti. Ce ralentissement entraîne la stagnation des aliments au niveau de l’estomac, puis de l’intestin grêle, où les aliments vont fermenter de longues heures, ce dernier n’étant pas en c

apacité de les absorber correctement. (Commentaire du chirurgien vétérinaire Docteur Duprez)
En comparaison ,le métabolisme énergétique humain est essentiellement glucidique (« sucres » complexes : céréales, pâtes, riz, légumineuses, pomme de terre, sucre de table, confiseries, produits et simples : boissons sucrés, mais aussi fruits, jus de fruits, etc …) et basé sur les hydrates de carbone. Alors que chez le chien il est lipidique (graisse, fruits à coque etcs …). Le chien synthétise à 100% le glycogène dont il a besoin.Greyhound_Racing_2_amk

Les réserves lipidiques sont constituées principalement de triglycérides. (Acide gras, constituant principale des huiles végétales et graisses animales). L’oxydation d’un gramme de triglycérides fournit prés de 2,5 fois l’énergie d’un gramme de glycogène (9,5 kcals contre 4 kcals environ).
L’autre désavantage du métabolisme énergétique du glycogène vient du caractère hydrophile de sa molécule : Le sucre est une substance « hydrophile« , il « aime l’eau » et s’y dissout facilement. Les milliers de maillons de glucose reliés entre eux sous forme de glycogène sont collés à une multitude de molécules d’eau. Finalement pour mettre en réserve 1 gramme de sucre, il faut stocker 3 grammes d’eau et alourdir son corps de 4 grammes. Comme 1 gramme de sucre apporte 4 kilocalories, chaque kilocalorie glucidique transportée pèse 1 gramme. Les molécules des triglycérides sont elles,

au contraire hydrophobes. Elle « n’aime pas l’eau ». Eau et graisse ne se mélangent pas et la crème chantilly flotte sur l’irish-coffee.
Ce caractère hydrophile fait que la molécule de glycogène est stockée sous forme hydratée. Son oxydation est donc plus difficile et consomme de l’énergie. Ainsi, une molécule de glycogène stockée ne fournit plus que 1,5 kcal lors de son oxydation soit 6 fois moins que les triglycérides !

 

 

 

glu

Autre désavantage, le caractère hydraté de la molécule fait qu’elle est beaucoup

plus lourde que la molécule d’un triglycéride. C’est un désavantage très important surtout en tant que molécule de réserve énergétique.
C’est pourquoi, dans la nature, tous les animaux qui sont appelés à beaucoup bouger, bouger souvent ou sur des distances importantes (migrateurs, chasseurs……) ont tous un métabolisme basé sur les lipides pour le gain de poids que représente ce métabolisme, pour une même valeur énergétique.

lip

Le métabolisme énergétique des lipides à un seul désavantage, c’est que contrairement au glycogène, les triglycérides nécessitent la présence d’oxygène pour être utilisées. Cela implique impérativement que leur utilisation se fasse en filière aérobie exclusivement. (Effort endurant)
Pour cette raison, à cause de son métabolisme lipidique, le chien ne peut absolument pas travailler en filière anaérobie (Effort jusqu’à la rupture entre 30s et 3min / Musculation chez l’Homme).
Ceci explique aussi (et même surtout), pourquoi un chien ne pourra jamais être entrainé, nourri etc … comme un homme, avec les mêmes méthodes ou les mêmes moyens……parce l’homme à un métabolisme énergétique basé sur les hydrates de carbone, que le glucose est issu d’apports extérieurs et qu’il est « autorisé » à utiliser la filière anaérobie lactique (je simplifie).
Toutes les méthodes « humaines » d’entraînement et de nutrition du sportif humain tiennent bien entendu compte de cela (elles sont basées là dessus !).
Tenter de les adapter au chien est donc tout bonnement impossible !Mexican_Wolf

A ce sujet, j’ai vu sur des courses, des « mushers » nourrir leurs chiens 2 heures avant la course avec des……pâtes ! (Glucides : sucres complexes) Je pense que maintenant on peut comprendre l’aberration d’une telle pratique !
Chez le chien, le mécanisme est bien plus efficace car les lipides et le glycogène stockés dans les muscles sont utilisés préférentiellement lors des efforts et donc directement utilisables instantanément.
De plus, chez le chien, en fonction de l’intensité de l’effort, une transition progressive s’établit entre l’utilisation des glucides et des lipides.
Au fur et à mesure de la « montée en puissance » de l’effort, l’utilisation des glucides devient de plus en plus importante par rapport aux lipides. D’autre part, chez le chien, c’est surtout l’utilisation du glycogène des muscles qui augmente. L’utilisation du glucose sanguin n’étant utilisé qu’en très petite quantité et uniquement en fonction de « besoins impérieux ».White_huskies_dog_sledding

Par contre, il est impératif de savoir que l’organisme du chien nécessite entre 4 et 8 semaines de conditionnement alimentaire pour préparer son métabolisme, ses muscles, à utiliser les lipides.
De plus cette préparation alimentaire est dépendante du type (qualité, quantité….) de nourriture et du type d’effort demandé.
Ainsi, à chaque changement de nourriture ou de type de travail, il devrait être nécessaire de prévoir une « étape » de 4 à 8 semaines de « transition, repos… » afin de préparer l’organisme à utiliser efficacement les graisses.
Pour cette raison, aussi, il est inenvisageable de demander à un chien un travail différent de celui auquel son organisme est habitué, un travail sans cesse modifié (intervalle, par exemple) et il est aberrant de modifier régulièrement son alimentation que ce soit par des apports (qui ne sont jamais constants en qualité ou quantité), des modifications de qualité (été/hiver par exemple)……

 Man vs dog-1

 

Donc arrêtons aussi l’anthropomorphisme alimentaire, un chien est un chien, son système de fonctionnement est complétement différent du notre. Cela paraît évident, mais, l’assiette de pâte avant le match du footballeur n’est pas valable pour le chien. Je vous invite donc à prendre votre paquet de croquettes, et à regarder le premier aliment cité, ou même les suivants … Si vous êtes un peu perdu, pas de panique, nous verrons ça dans le prochain épisode qui traitera de l’alimentation …

 

 

Sources et inspirations :

http://www.bogeyman.fr/articles.php?lng=fr&pg=112

http://www.sportsante.info/article/le-moteur-musculaire-peut-utiliser-plusieurs-carburant

http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9tabolisme_de_base

_Docteur Duprez, chirurgien vétérinaire et président du groupe de chirurgie vétérinaire français.

_Juliette de Baïracli Levy

Comprendre la communication chez le chien

N’hésitez pas à vous abonner en cliquant sur l’onglet « suivre » , vous serez tenu informé de ce qu’il ne faut pas louper !


Tout comme l’Homme, le Chien possède cinq sens, qui ne se sont pas développés de la même façon et que nous utilisons différemment.

Chaque espèce possède son propre système de communication, son propre « langage », en ce sens, chaque espèce perçoit le monde différemment. C’est le caractère sociable du chien qui l’a sûrement rapproché de nous il y a des milliers d’années (La complicité Homme/Chien). Le chien possède un éventail très large de signaux de communications, qu’il faut décrypter pour ainsi les développer et être à même de pouvoir installer une communication saine sans parasite pour pouvoir comprendre et se faire comprendre. Dans notre société actuelle encore beaucoup de personnes essaie de communiquer, ou comprenne la communication canine, par transposition à l’espèce humaine. C’est l’anthropomorphisme. Attribuer aux animaux (aux chiens en l’occurrence) des sentiments, ou caractéristiques comportementale humaine.

Le chien compte principalement sur son odorat, ce sont « les yeux de l’homme », son nez est garnit de 300 millions de cellules olfactives (contre 20millions pour l’Homme).

IMGP3146odorat

Les êtres vivant sécrètent des phéromones, substance chimique aussi vecteur de communication. Les sécrétions de nos glandes sudoripares, par exemple, renseignent notre chien sur notre état émotionnel et physiologique. Le chien hume les effluves (odeurs), ces molécules sont prises au piège dans les nasaux du chien, par des cils enrobés de mucus. Celle-ci est ensuite envoyée au système nerveux qui traite l’odeur comme une information (Ça sent bon ; Elle est en chaleur ; Ce sont les chaussettes de mon maitre etcs … ), puis le chien réagit à cette information qu’il vient de recevoir. On nous dit souvent de na pas avoir peur face à un chien, car il le ressent, ce sont des phéromones que nous émettons au niveau des reins. L’urine est aussi un moyen de communication exceptionnel chez le chien, elle est utilisé pour transmettre des informations sur la taille, l’âge, le sexe, la santé, et la fécondité (pour les femelles) etcs … Nous avons notre carte d’identité et numéro de sécurité sociale, le chien a quelques gouttes d’urines … Écologique ! Un chien peut percevoir un gramme de sel dans mille litres d’eau !

Le seuil acoustique se situe entre 30 000 et 40 000 HZ (contre 16 000 et 20 000HZ pour l’Homme). Quand notre chien se met à aboyer sans raison apparente, cela peut-être due à un ultrason imperceptible par l’Homme. oreille-chien

Vous n’avez jamais entendu votre chien s’exprimer avec des mots clairs ? Tant mieux, et ça n’est pas prêt d’arriver. En effet, le chien est plus sensible au intonations qu’aux mots à proprement parlé, la communication avec son compagnon est donc non-verbal (gestes et mouvements du corps) et para-verbal (modulation et ton de la voix). Si vous lui avez appris le « assis » inutile d’utiliser le mot « ici » pour le faire venir, il peut confondre et être dérouté par votre réaction. (L’incompréhension naît, s’ensuit un désaccord, et c’est l’escalade du vide, du non-sens). Donc donnez de l’intonation à votre voix, c’est ce qui l’interpelle. A noter que le hurlement du loup est un signe de rassemblement de la meute, il peut-être exprimé par un chien qui se sent seul.

Le chien peut se faire comprendre aussi par un contact avec ses congénères. Dans ses premiers jours le chiot presse de ses petites pattes, les mamelles de sa mère pour en faire sortir le lait. Plus tard, il viendra lécher les babines de cette dernière, qui leur donnera de la nourriture par déglutition. Au fil des mois le chien conserve ses réflexes innés. Un chien qui pose sa patte sur vous peut signifier une demande de nourriture ou de caresses, il utilise ses pattes comme quand il était chiot. Le fait de vous lécher ou lécher un congénère au niveau des babines est un signe de soumission, comme quand il était chiot. (    Attention : Sauf s’il vient de mordre ou en cas de léchage intempestif et insistant, dans ce cas le chien exprime son rang social de dominant).meute loup

Pour ce qui est de la vue, le chien et « myope », on sait maintenant qu’il n’est pas daltonien et peut distinguer une certaine gamme de couleur. Visuellement le chien communique par mimique corporelle avec sa queue, ses oreilles, son poil et son faciès. Par son poil dressé, le chien voit le sujet ou la situation comme une menace et veut paraître, alors, plus impressionnant, plus gros. La queue (prolongement de la colonne vertébrale) quant à elle, émet un peu plus de signaux : un battement de queue traduit une excitation du chien, attention excitation positive ou négative. Le mythe du chien qui, remue la queue égal chien heureux, s’effondre peu à peu, mais il est bon de le rappeler. Un dogo à la chasse remue la queue … De plus une récente étude à montrée que le côté vers laquelle la queue battait avait son importance : quand le battement de queue est vers la gauche c’est la partie droite du cerveau qui est sollicité est pourrait traduire un signe d’anxiété, de stress. A l’inverse le battement de queue vers la droite traduirait un sentiment de satisfaction. Les yeux du chien, à défaut de les utiliser comme un lynx, lui servent aussi à communiquer.oeil-chien-1IMGP0704

Tenir le regard est un signe de défis pour le chiens, donc si vous vous retrouvez face à un chien envers lequel vous savez que vous ne ferez pas le poids, inutile, comme je l’entends parfois, de tenir le regard du chien « pour faire voir que vous êtes plus fort ». Fuyez le regard et fuyez tout court.

Décryptage de « scène communicante » :

Je rentre du travail après une dure journée de travail à la fin de laquelle j’ai été remercié pour résultats insuffisant. J’ouvre la porte, mon chien m’accueille en remuant la queue (le chien est excité de retrouver un congénère, et de pouvoir interagir avec). Il sent (au sens propre du terme, de part les phéromones émises par mes glandes sudoripares) que je suis énervé et triste à la fois.

Le chien réagit à cela en prenant ses distances et en attendant un signe amical de ma part. Arrivé dans le salon je m’aperçois que mon chien a fait tomber ma TV, rongé mes meubles, et a déféqué dans tout le domicile. (le chien ronge ou détruit non pas par « vengeance » mais par stress de la séparation) Un sentiment de rage s’empare de moi, je fixe mon chien en fronçant les sourcils et crie de rage des noms d’oiseaux en balançant mes dossiers de colère. (L’animal perçoit de nouvelles phéromones (la rage et la colère) Il voit mon regard fixe comme un signe de défi. De part l’intonation de ma voix, il comprend un message d’hostilité et ma gestuelle comme un message agressif). Mon chien fuit alors mon regard, sa queue se rabaisse pour finir entre ses pattes, ses oreilles se rabaissent vers l’arrière, et il urine. (Gestuelles et mimiques de soumission / crainte + Communication olfactive avec l’urine). Dans le cerveau de votre chien c’est alors la partie « reptilienne » qui s’active, mais ça nous le verront dans un prochain article …

Comprendre le cerveau du chien

dogue

Je vous invite à découvrir Konrad Lorenz, un biologiste et zoologiste autrichien, qui a œuvré dans la compréhension du langage animal.

Sources d’inspiration :

http://www.3piliers.com/ (Mine d’informations, fiable et sourcé, extraordinaire)

http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/actu/d/zoologie-chien-remue-queue-regardez-cote-50001/

http://webapps.unitn.it/Search/it/Web?q=dog+tail

Comprendre la complicité Homme/Chien

Cette relation remonte au temps où nous étions exclusivement chasseurs/cueilleurs : à l’époque Paléolithique (entre -18 800 et -32 100 ans).

 

canis-lupus-wolf_p

Dans ce contexte l’homme est amené à chasser pour se nourrir (bisons, rennes …) et suivre les migrations de troupeaux. Loups et Hommes fonctionnent à peut près de façon similaires. En tant que nomades les Hommes abandonnes les entrailles et os des animaux qu’ils chassent pour ne pas s’encombrer. Ce qui profite aux loups. L’Homme possède des outils de chasse évolués et le loup un odorat hors pair qui lui permet de flairer une proie à longue distance. On pense alors que les Hommes on vu cet animal comme intéressant, avec qui il faut coopérer. Le Loup adulte sont sauvage et impossible à apprivoiser par l’Homme on suppose alors que la domestication s’est faites avec des louveteaux égarés ou orphelins, nourris et élever par l’Homme.  Une cinquantaine de génération soumises à l’affluence de l’Homme aura suffit à créer le « chien-loup » une sélection est déjà établie sur les sujet les plus sociable et qui savent donner l’alerte : l’aboiement. La communication Homme/Chien-loup était née. Ils ont peut-être aidé les hommes à abattre de grandes proies. Cette collaboration leur permettant de récupérer des carcasses et des restes. Les Hommes se sont mit ensuite à domestiquer d’autres animaux pour l’élevage, le chien remplissait alors la fonction de gardien de troupeau.

En l’an-1000 est venu le temps de la spécialisation des chiens. Trois principaux types apparaissent alors : les molosses (mastiffs ; Les basset ; lévriers (chasse))

Dans la seconde moitié du 18ème siècle l’élevage scientifique se développe. Le chien se rapproche alors de ce que l’on connaît aujourd’hui, on l’élève et le sélectionne pour son apparence au détriment de ses aptitudes naturelles. Le chien d’utilité, dit de travail laisse alors place au chien « d’exposition » et de compagnie. Est-ce lui rendre service ou « l’aimer » que d’enfermer ce prédateur devant une TV, dans un canapé. Ou le trinqueballer d’expo en expo et de le faire vivre artificiellement à cause d’une sélection dégénérée ? Je vous pose la question. En tout cas quand on regarde un Lhassa apso avec des couettes, un manteau, promené dans une poussette ; Un labrador à son pépère dans le canapé de son papouné, qui se rapproche plus du tonneau à vin que du chien. Quand on regarde tout ces chiens, il ne faut jamais oublié qu’un temps il fût nos concurrents puis compagnons de chasse, près à parcourir des kilomètres pour un morceau de carcasses, un affrontement viril pour assurer sa descendance, et un combat parfois à mort pour un morceau de boyau.

 

http://www.hominides.com/html/actualites/loup-origine-chien-domestique-0769.php

http://fr.wikipedia.org/wiki/Domestication_du_chien

http://www.maxisciences.com/chien/les-premiers-chiens-domestiques-etaient-ils-des-loups-europeens_art31348.html

http://www.academia.edu/4178167/Des_origines_du_chien

 

Eau de mer, sable fin, bénéfices.

Plage et chien font, en général, bon ménage et les bénéfices sont nombreux. Reconnue comme étant la meilleure activité physique pour le chien, la natation est excellente pour le système cardio vasculaire. Cette activité est aérobique (CF : Métabolisme canin).IMGP2154

En effet le corps se voit soulagé de 80% de sa masse, ce qui n’est pas négligeable pour ce qui est des articulations, ligaments et tendons. Courir sur un sol plat demandera un effort plus contraignant pour le corps du chien que de nager quelques mètres, et les bénéfices seront moindres. De plus l’environnement iodé de l’air marin n’est pas négligeable. L’iode est un oligo-élément indispensable à la croissance de l’Homme comme de l’animal. La carence en iode entraine un retard de croissance et divers troubles mentaux. Les populations montagnardes n’ont jamais pu se procurer aisément du sel de mer en raison de son prix. Les cas de difformité et de nanisme étaient donc fréquents parmi les populations paysannes alpines. Dans les Alpes, la population isolée des vallées était beaucoup plus souvent atteinte de désordres liés à la carence en iode.

IMGP2272IMGP2150

Attention toutefois à toujours vous munir d’eau douce pour votre chien, afin de le réhydrater. L’eau très salée de la mer a un effet drainant sur le système digestif, allié à un effort physique de votre compagnon (course, nage …) Vous ne serez pas à l’abri de voir des diarrhées après avoir passé quelque heures sur le littoral.

IMGP2170IMGP2164

A noter aussi le caractère salé et exfoliant du sable, qui, enfouit sous la couche poils de votre compagnon peut devenir irritant. Donc, comme vous, le chien devra être bien rincé à l’eau douce après sa promenade maritime. Plus d’avantages que d’inconvénients, quelques jours dans l’année au bord de la mer seront une véritable cure de jouvence pour vous et votre compagnon.

Un lien en bas de page vous renverra à la liste des plages autorisées aux chiens. Liste non exhaustive, vous trouverez toujours un petit carré de sable tranquille et calme.

http://blog.patawouf.fr/les-plages-autorisees-aux-chiens-en-2014/

IMGP2172   IMGP2174

j’organise un petit concours, pour tenter de remporter un jouet Kong flottant, ainsi qu’un boudin flottant Morin (20€ de lot)  Visible ci-dessous :

boud flott kong flott

1/ Pour participer au concours, très simple, cliquez sur le bouton « jaime » de la page Facebook Chiens et sport. (Afin d’être informé du nom du gagnant)

Jaime das

2/ Afin d’identifier qui participe réellement au concours, arrivé sur cette page Facebook, vous allez partager l’article, puis mettre un commentaire avec la plage ou le lac le plus proche de chez vous.

jaime ptge das

3/ Le concours commence le Mercredi 20 Août et se termine le Dimanche 24 Août à 20H00 précise, plus aucune possibilité de participer après cet instant.

4/ Étant donné que vous avez cliqué sur le bouton jaime vous serez informé du nom du gagnant le lundi 25 Août.

IMGP2213 IMGP2175 IMGP2192 IMGP2203

IMGP2217 IMGP2231 IMGP2233 IMGP2244 IMGP2265 IMGP2272

 

06/2013 One Year

A un an, le chien est encore chiot pour les grandes races. La croissance n’est pas complète, on peut néanmoins commencer les ballades un peu plus « rustre » et en augmenter le temps. Il faut tout de même veiller à échauffer correctement les muscles, hydrater régulièrement le chien et ne pas hésiter à étirer le chien en fin de promenade.

 

IMGP1994IMGP1978 IMGP1980 IMGP1981IMGP1982  IMGP1984 IMGP1985  IMGP1987   IMGP1988IMGP1991IMGP1999AIMGP1986IMGP1992  IMGP1995 IMGP1997 IMGP1998  IMGP2009

La base, le métabolisme canin

Voici une ébauche du métabolisme canin, pour nous aider à comprendre comment fonctionne notre chien.

Article provenant du site http://www.bogeyman.fr/ très complet et très technique. C’est pour cela que je me suis permis de le simplifier et de le synthétiser. Un lien en bas de page vous renverra sur l’article original.
Le métabolisme énergétique humain est essentiellement glucidique (« sucres » complexes : céréales, pâtes, riz, légumineuses, pomme de terre, sucre de table, confiseries, produits et simples : boissons sucrés, mais aussi fruits, jus de fruits, etc …). Basé sur les hydrates de carbone. Alors que chez le chien il est lipidique (graisse, fruits à coque etcs …). Le chien synthétise à 100% le glycogène dont il a besoin.
Les réserves lipidiques sont constituées principalement de triglycérides. (Acide gras, constituant principale des huiles végétales et graisses animales). L’oxydation d’un gramme de triglycérides fournit prés de 2,5 fois l’énergie d’un gramme de glycogène (9,5 kcals contre 4 kcals environ).
L’autre désavantage du métabolisme énergétique du glycogène vient du caractère hydrophile de sa molécule : Le sucre est une substance « hydrophile », il « aime l’eau » et s’y dissout facilement Les milliers de maillons de glucose reliés entre eux sous forme de glycogène sont collés à une multitude de molécules d’eau. Finalement pour mettre en réserve 1 gramme de sucre, il faut stocker 3 grammes d’eau et alourdir son corps de 4 grammes. Comme 1 gramme de sucre apporte 4 kilocalories, chaque kilocalorie glucidique transportée pèse 1 gramme. Les molécules des triglycérides sont elles, au contraire hydrophobes. Elle « n’aime pas l’eau ». Eau et graisse ne se mélangent pas et la crème chantilly flotte sur l’irish-coffee.
glulip Ce caractère hydrophile fait que la molécule de glycogène est stockée sous forme hydratée. Son oxydation est donc plus difficile et consomme de l’énergie. Ainsi, une molécule de glycogène stockée ne fournit plus que 1,5 kcal lors de son oxydation soit 6 fois moins que les triglycérides !
Autre désavantage, le caractère hydraté de la molécule fait qu’elle est beaucoup plus lourde que la molécule d’un triglycéride. C’est un désavantage très important surtout en tant que molécule de réserve énergétique.
C’est pourquoi, dans la nature, tous les animaux qui sont appelés à beaucoup bouger, bouger souvent ou sur des distances importantes (migrateurs, chasseurs……) ont tous un métabolisme basé sur les lipides pour le gain de poids que représente ce métabolisme, pour une même valeur énergétique.
Le métabolisme énergétique des lipides à un seul désavantage, c’est que contrairement au glycogène, les triglycérides nécessitent la présence d’oxygène pour être utilisées. Cela implique impérativement que leur utilisation se fasse en filière aérobie exclusivement. (Effort endurant)
Pour cette raison, à cause de son métabolisme lipidique, le chien ne peut absolument pas travailler en filière anaérobie (Effort jusqu’à épuisement entre 30s et 3min).
Ceci explique aussi (et même surtout), pourquoi un chien ne pourra jamais être entrainé, nourri etcs … Comme un homme, avec les mêmes méthodes ou les mêmes moyens……parce l’homme à un métabolisme énergétique basé sur les hydrates de carbone, que le glucose est issu d’apports extérieurs et qu’il est « autorisé » à utiliser la filière anaérobie lactique (je simplifie).
Toutes les méthodes « humaines » d’entraînement et la nutrition du sportif humain tiennent bien entendu compte de cela (elles sont basées là dessus !).
Tenter de les adapter au chien est donc tout bonnement impossible !

Yves parlait de la méthode d’intervalle training. Une partie de cette méthode est faite exclusivement pour approcher au plus prés le seuil anaérobie, voire l’atteindre (cycle dit « vitesse »). Rien que pour cette raison, elle est complétement inadapté même à l’entrainement d’un seul chien !
A ce sujet, j’ai vu sur des courses, des « mushers » nourrir leurs chiens 2 heures avant la course avec des……pâtes (Glucides : sucres complexes) !!!! Je pense que maintenant on peut comprendre l’aberration d’une telle pratique !!!

Le métabolisme du chien à un autre avantage sur celui de l’homme.
Chez l’homme, les réserves lipidiques sont stockées principalement dans des adipocytes (cellules des tissus adipeux), elles sont aussi stockées dans le foie et, sous forme de gouttelettes, dans différents tissus, dont certaines cellules musculaires.
Dans les muscles, les graisses sont associées aux mitochondries et à des granules de glycogène. Seules ces deux formes de réserves sont utilisables directement par le muscle lors des contractions.

Chez l’homme, ces deux formes sont utilisées simultanément et sans préférence l’une pour l’autre et simultanément aussi aux graisses stockées dans les adipocytes.
Chez le chien, le mécanisme est bien plus efficace car les lipides et le glycogène stockés dans les muscles sont utilisés préférentiellement lors des efforts et donc directement utilisables instantanément.
De plus, chez le chien, en fonction de l’intensité de l’effort, une transition progressive s’établit entre l’utilisation des glucides et des lipides.
Au fur et à mesure de la « montée en puissance » de l’effort, l’utilisation des glucides devient de plus en plus importante par rapport aux lipides. D’autre part, chez le chien, c’est surtout l’utilisation du glycogène des muscles qui augmente. L’utilisation du glucose sanguin n’étant utilisé qu’en très petite quantité et uniquement en fonction de « besoins impérieux ».

Par contre, il est impératif de savoir que l’organisme du chien nécessite entre 4 et 8 semaines de conditionnement alimentaire pour préparer son métabolisme, ses muscles…… à utiliser les lipides.
De plus cette préparation alimentaire est dépendante du type (qualité, quantité….) de nourriture et du type d’effort demandé.
Ainsi, à chaque changement de nourriture ou de type de travail, il devrait être nécessaire de prévoir une « étape » de 4 à 8 semaines de « transition, repos… » afin de préparer l’organisme à utiliser efficacement les graisses.
Pour cette raison, aussi, il est inenvisageable de demander à un chien un travail différent de celui auquel son organisme est habitué, un travail sans cesse modifié (intervalle, par exemple) et il est aberrant de modifier régulièrement son alimentation que ce soit par des apports (qui ne sont jamais constants en qualité ou quantité), des modifications de qualité (été/hiver par exemple)……

Bêtement beaucoup de chasseurs, ont remarqué cette donnée et sans savoir pourquoi, ils ne sortent leurs chiens que pour la séance de chasse, jamais en promenade par exemple ou jamais en dehors de la saison de chasse car sinon, les chiens ne « tiennent » plus la séance et se retrouvent en lactose les jours qui suivent cette séance. Cela est en partie dû aux changements de rythme de travail apport nutritionnel.

Sources : http://www.bogeyman.fr/articles.php?lng=fr&pg=112

 

http://www.sportsante.info/article/le-moteur-musculaire-peut-utiliser-plusieurs-carburant